Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La psychologie de la personne alcoolique

Publié le par ALCOOL ASSISTANCE

L'alcoolique à de grandes difficultés d'expression qui ne sont à proprement parler ni un déni ni une mauvaise foi.

Le langage de l'alcoolique

On appelle prétérition la façon d'exprimer à l'envers ce que l'on ne boit pas. Même demandeur de soins, l'alcoolique ne peut exprimer la vérité complète sur sa boissons : il exprimera plutôt ce qu'il ne boit pas ( jamais de whisky ), quand il ne boit pas ( jamais le matin) là où il ne boit ( jamais au travail ). il utilise des expressions inverses de ce qu'il veut exprimer ( je me suis arrêter déjà de nombreuses fois , j'ai déjà rechuté à plusieurs reprises ) ou encore changera de temps en temps de l'action ( vers le passé ou l'avenir ). pour ne pas parler du présent ( trop douloureux pour lui-même ). Enfin souvent, il cite les autres pour exprimer ce qu'il ne peut pas exprimer ( ma femme di que je bois à éventuellement, il se fera accompagner pour que l'autre personne dise la vérité à sa place.

De façon psychiatrique, on dit que l'on parle à l'endroit quand le corps obéit à l'esprit ( un travail, un loisir, une promenade se racontent sans problème, mais qu'on parle à l'envers quand l'esprit doit obéir au corps. Cela se pour produit pour les fonctions " naturelles ", dans la vie sexuelle, dans la relation à l'alcool. Ces choses ne doivent ou ne peuvent pas se raconter : la pudeur arrête le langage.

Cette difficulté de langage est une pudeur du patient qui ne qu'obéir à son besoin d'alcool et de défend à tout prix.

>Posez directement la question " combien buvez-vous ?" leur paraît obscène.

Commenter cet article